Les chefs

L’ALBUM DU CHEF Pierre Gagnaire
© Jacques Gavard

À l’aube de ses 70 ans, Pierre Gagnaire reste plus que jamais un chef vif et passionné. Multi-étoilé à travers le monde, il signe pas moins de 24 cartes mais reste très attaché à son restaurant de la rue Balzac. Son adresse parisienne, son vaisseau amiral, ce lieu qui l’a vu renaître en 1996, à peine avait-il quitté Saint-Étienne. Entretien avec un homme franc, qui nous parle de sa vie sans langue de bois.

Alexandre Furtado
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

Alexandre Furtado est originaire du Brésil, de Mina Gerais plus précisément, un État du Brésil majestueux en paysages et célèbre pour sa gastronomie. Le chef a grandi dans une contrée gourmande auprès d’une maman cuisinière dans une ferme et d’un papa responsable d’un abattoir.

Jérémie Reysz
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

Jérémie Reysz commence sa formation par un CAP cuisine. Il fera son apprentissage en Alsace dans un restaurant traditionnel À l’Étoile situé à Wasselonne. Il enchaîne avec un brevet professionnel de cuisine, effectué au Kasbür, un restaurant étoilé de Saverne.

Il poursuit ses études par un CAP pâtisserie boutique, et un apprentissage dans une petite pâtisserie de village à Rothenbourg.

Arkadiusz Zuchmanski
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

Cela fait presque dix ans que le chef Arkadiusz Zuchmanski régale les becs ns de Clermont-Ferrand.

Mais c’est dans sa Pologne natale que le chef découvre ses premières émotions culinaires. Les femmes de la famille, notamment sa grand-mère et une grand-tante, l’éduquent au goût.

Pascal Bastian
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

CAP cuisine et pâtisserie-chocolaterie-glacerie en poche, Pascal Bastian entre dans l’univers de la gastronomie auprès du chef Fernand Mischler à... l’Auberge du Cheval Blanc à Lembach.

Deux ans plus tard, Fernand Mischler place son jeune commis au Cristiana Hôtel à Val d’Isère. Ce sera le début d’un voyage initia- tique qui le mènera aux Crayères à Reims avec le chef Gérard Boyer, au Pont de Brent avec Gérard Rabaey, à Montreux en Suisse…

Mathias Alet
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

D’un naturel calme et sympathique, Mathias Alet a longtemps hésité entre cuisine et pâtisserie. Par gourmandise, sûrement, le sucré l’a finalement emporté.

Ophélie Barés

Amatrice de photographies et de bonnes choses, Ophélie Barés se destinait à une carrière de photographe culinaire. Pourtant, après le bac, elle prend une autre direction, « au lieu de poursuivre et d’intégrer une prépa d’art, je décide d’aller à la source du travail de photographe culinaire en m’intéressant à l’élaboration technique des plats, côté sucré. »

Denis Rippa
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

​Attiré très tôt par le contact avec les produits et l’échange avec les clients, Denis Rippa n’a pas fait ses premières armes derrière les fourneaux mais derrière les étals du marché en compagnie de sa marraine et son mari.

Thierry Game, Le Bateau Ivre
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

Petit-fils et arrière-petit-fils de pâtissiers-boulangers, Thierry Game a toujours été passionné par ce métier. Pourtant, il voulait absolument être cuisinier. Il a d’ailleurs fait son CAP-BEP en ce sens au Lycée hôtelier de Challes-les-Eaux en Savoie, puis il a ajouté une mention pâtissier chocolatier glacier confiseur en 1993. Entre salé et sucré, le destin va décider pour lui. Un jour, à L’Étoile des Neiges, un restaurant familial de Saint-Martin-de-Belleville dans lequel il travaillait, il manquait un pâtissier. Il s’est porté volontaire, il aime les défis, et il n’a plus quitté ce poste.

...
Mathieu Pacaud
© Patrick Swirc

Dès le premier contact, le ton est donné. L’aisance est déconcertante. On le sent partagé entre l’envie de plaire et celle de mordre.

Mathieu Pacaud est né le 1er janvier 1981 à Paris, dans le 13e arrondissement. D’un papa qui n’était pas encore restaurateur et d’une maman qui ne l’était pas davantage.

Jean-Luc Brendel
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

​On dit du village médiéval de Riquewihr qu’il est l’un des plus beaux de France. Remarquablement préservé, il abrite de jolies petites ruelles pavées, où se côtoient des maisons à colombages.

Pas étonnant que Jean-Luc Brendel ait choisi cette perle d’Alsace pour s’installer.

Arnaud Donckele
© Gianni Villa

Arnaud Donckele est né le 29 mars 1977 à Rouen, et a grandi à Mantes-la-Jolie, tout en séjournant régulièrement près de Rouen, dans la ferme de ses grands-parents.

Il entre en alternance à Paris à l’école Grégoire-Ferrandi. Pour son apprentissage en cuisine, il est chez Goumard Prunier, avec le chef Georges Landriot. La fin de ses études approchant, il doit passer son bac lorsqu’un stage scolaire le mène aux Prés d’Eugénie, chez Michel Guérard, où tout bascule. Il ne...

Benoît Violier
© Vincent Jendly

Benoît Violier est né le 22 août 1971 à Saintes et a grandi en petite Champagne, à Montils, une commune de cinq cents habitants, située entre Cognac et Saintes.

À l’âge de quinze ans, il entre en apprentissage de cuisine au CFA de Jonzac. Son maître d’apprentissage Philippe Prévot, un ancien de Joël Robuchon et chef de La Gourmandière, à Pérignac, le prend sous son aile. Deux ans plus tard, à dix-sept ans, il obtient son CAP et son titre de Meilleur Apprenti du Sud-Ouest.

Xabi Ibarboure
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

​L’esprit de famille est une valeur sacrée chez les Ibarboure. Trois générations se sont déjà succédé entre accueil et métiers de bouche.

L’histoire commence à Guéthary. Michel et Jeanne, les grands-parents, posent la première pierre d’une passion commune en ouvrant un magasin d’alimentation. La seconde pierre vient transformer la maison familiale Briketenia en hôtel pour une clientèle de passage. 

Marc de Passorio
© Martial Thiébaut

Chef original et autodidacte, Marc de Passorio est né en 1965 au Cameroun. Plus qu’une passion, la cuisine se révèle très tôt une véritable vocation. Enfant, il s’initie seul à l’alliance des saveurs en regarder les produits et en réfléchissant aux possibilités d’associations qu’ils offraient. Dès lors, il multiplie les essais dans la cuisine familiale en l’absence de ses parents ou pendant les vacances dans la maison familiale de l’île de Beauté.

Jacques Marcon
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

Acquérir son propre style, cela requiert des années de travail, d’écoute, d’observation... Et s’il n’est guère de règle qui puisse s’appliquer à tous, un fils de cuisinier doit en plus affronter le redoutable défi de couper le lien qui l’unit à son père. Un lien apparemment indéfectible, surtout quand le papa en question s’appelle Régis Marcon. Mais d’un autre côté, quand on est le fils de Régis Marcon, on n’est pas un jeune cuisinier perdu dans la masse.

Christian Constant - Le Violon d'Ingres
© Stéphane de Bourgies

Christian Constant est né (le 18 mai 1950) et a grandi à Montauban. Son père, adjudant de gendarmerie, refusait toute mutation, renonçant à une évolution professionnelle, pour privilégier le bien-être et la scolarité de ses enfants.

Il entre en apprentissage très jeune, à treize ans, chez un restaurateur-traiteur renommé à Montauban, monsieur Delmas. Il y reçoit une formation classique, type Escoffier. Ses débuts en cuisine, il les effectue à l’hôtel Cap-Estel à Èze-sur-Mer, puis au restaurant...

Christian Le Squer - Four Seasons Hotel George V
© Eddy Brière

​Christian Le Squer est né le 30 septembre 1962 en bord de mer, dans le Morbihan. Un coin de Bretagne un peu sauvage, un peu à part. Une région bien fournie en poissons très frais, en coquillages… Il y passe une enfance heureuse, entouré de gens simples, courageux, travailleurs.

Christian Le Squer met la main à la pâte très jeune. Pendant les vacances scolaires, il va soit aider ses grands-parents à la ferme, soit aider son père dans son entreprise.

Frank Renimel
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

​Talentueux disciple de Michel Guérard, des Frères Pourcel, Gérard Garrigues et Dominique Toulousy, premier poste de chef au Relais Pigasse dans l’Hérault, où il décroche une étoileFrank Renimel a ouvert En MaRge, son propre restaurant en 2007, à Toulouse dans le quartier des Carmes. Très vite, sa passion et son savoir-faire ne laissent pas indifférent.

Christophe Bacquié - Hôtel du Castellet
© Thuries Magazine/Pascal Lattes

Forte personnalité, haute stature, le chef Christophe Bacquié célèbre le terroir provençal dans l’écrin serein de son restaurant de l’Hôtel du Castellet et du bistrot le San Felice. Après douze années passées derrière les fourneaux du restaurant L’Alivu, de l’Hôtel La Villa à Calvi, pour lequel il a décroché deux étoiles, il a finalement trouvé son équilibre dans l’arrière-pays varois. Humainement et culinairement.

Pages

S'abonner à un magazine de référence

 

 

Thuriès Magazine
Abonnez-vous !

Recevez chez vous vos 10 magazines par an et bénéficiez d'un accès exclusif à votre espace abonnés incluant :

-Des milliers de recettes de plus de 350 chefs avec leurs procédés détaillés (avec moteur de recherche multi-critère)

-Vos magazines en version numérique (PDF & Visionneuse) pour nous suivre sur tablettes et smartphones

-La galerie photo de nos reportages

 

Je m'Abonne !