Flora Mikula

Flora Mikula croque la vie à pleines dents, et ce n’est pas qu’une question d’épicurisme. C’est aussi et surtout parce qu’elle a appris très tôt que la vie était fragile. Alors autant la vivre pleinement. Plus que cuisinière ou aubergiste, la cheffe cinquantenaire s’attache davantage aux rencontres et aux échanges qui font la richesse de la vie, et plus encore à créer ces moments de partage qui en font l’essence.

 

Née à Nîmes d’un père militaire polonais et d’une maman au foyer originaire de Lorraine, Flora Mikula grandit à Avignon où son père s’est reconverti en professeur d’électricité. Confrontée à la maladie de sa mère, qu’elle perdra à l’âge de 9 ans, elle endosse alors d’une manière un peu âpre un rôle prématuré pour la petite fille qu’elle est.

 

Comment avez-vous si jeune fait face au décès de votre mère ?

Disons que j’ai eu la chance d’avoir ma grande-mère, car maman était fille unique, et lorsqu’elle a quitté Lunéville, mon grand-père étant malade, maman a décidé qu’elle la prendrait avec eux pour ne pas la laisser seule. Quand maman est décédée, c’est elle qui a pris le relais. Mais la relation entre mon père et sa belle-mère était conflictuelle. Donc très vite ma grand-mère est partie de la maison et je me suis retrouvée seule avec papa, ma sœur, de six ans mon aînée, étant partie étudier les Beaux-Arts à Aix-en-Provence. C’est là que je me suis retrouvée à préparer les repas. Donc au départ, la cuisine a été plus une obligation qu’une passion. Mais ça m’a plu assez vite.

 

Comment se passe cette enfance singulière ?

Ma sœur ne rentrait que le week-end, et elle ressentait le besoin de sortir, car je pense que ça a été encore plus dur pour elle, en pleine adolescence, de perdre sa mère. Je suis donc sortie moi aussi, très jeune, et du coup mes études ont commencé à en souffrir. En fin de 3e mon niveau n’étant pas des plus hauts, j’ai rencontré une conseillère d’orientation à qui j’ai dit que je voulais faire de la cuisine. Ce à quoi elle a répondu « Mais mademoiselle, ce n’est pas pour vous. Les filles c’est sanitaire et social, comptabilité ou coiffeuse ».

 

Recette réservée aux abonnés

Envie de découvrir la suite ?

Abonnez-vous pour voir l'intégralité de cette recette !

Accédez en illimité à plus de 3000 recettes de Chefs ainsi qu'à nos magazines en ligne et aux galeries photos de nos reportages.

Je m'Abonne !

S'abonner à un magazine de référence

 

 

Thuriès Magazine
Abonnez-vous !

Recevez chez vous vos 10 magazines par an et bénéficiez d'un accès exclusif à votre espace abonnés incluant :

-Des milliers de recettes de plus de 350 chefs avec leurs procédés détaillés (avec moteur de recherche multi-critère)

-Vos magazines en version numérique (PDF & Visionneuse) pour nous suivre sur tablettes et smartphones

-La galerie photo de nos reportages

 

Je m'Abonne !