Nicolas Cloiseau

 

Que faisaient vos parents ?

Ils étaient artisans dans les travaux publics, donc pas du tout dans le registre de la gastronomie. Ce domaine-là c’était mon oncle, le frère de ma mère, qui était restaurateur à Lannion (22). Tous les week-ends nous l’aidions, le travail était un peu légion chez nous. J’ai donc baigné très jeune dans cet univers. Mes parents faisaient le service et j’étais en cuisine. Déjà à cette époque, plus attiré par le sucré que par le salé. Ce qui fait que la question de ce que j’allais faire plus tard ne s’est jamais posée. J’allais être pâtissier.

 

Vous avez des frères et soeurs ?

J’avais un frère, il est décédé d’une leucémie à l’âge de 6 ans. Je pense d’ailleurs que le travail était une manière de faire abstraction de cette réalité. J’ai vu ce que mes parents ont traversé durant cette période alors à son décès, je me suis mis dans un mode « Nicolas il faut que tu fasses du mieux que tu peux et que tu n’embêtes pas tes parents. Il faut que tu sois exemplaire car ils en ont assez eu jusquelà, ce n’est pas la peine d’en rajouter une couche ».

 

Vous étiez bon élève ?

Oui plutôt, et ça a presque posé problème en troisième lorsque j’ai voulu m’orienter vers l’apprentissage. Mes profs ont voulu m’en dissuader. Mais moi je voulais juste être pâtissier, le compromis, pour ne pas faire d’histoires, a donc été d’aller en lycée professionnel, ce qui a contenté tout le monde, mes enseignants et mes parents.

 

Où avez-vous étudié ?

À Saint-Quay-Portrieux, c’était une chance car l’école était neuve, construite face à la mer, c’était extraordinaire. Notre prof de pâtisserie était Charles Diener, le boulanger de la ville. C’était une chance pour nous car il était chaque jour dans son entreprise et il nous a par conséquent fait prendre conscience de ce à quoi il fallait s’attendre en sortant de l’école. Même si je le mesurais déjà par ce que j’avais vécu chez mon oncle, mais c’est quelqu’un qui nous a donné de bonnes bases.

 

Recette réservée aux abonnés

Envie de découvrir la suite ?

Abonnez-vous pour voir l'intégralité de cette recette !

Accédez en illimité à plus de 3000 recettes de Chefs ainsi qu'à nos magazines en ligne et aux galeries photos de nos reportages.

Je m'Abonne !

S'abonner à un magazine de référence

 

 

Thuriès Magazine
Abonnez-vous !

Recevez chez vous vos 10 magazines par an et bénéficiez d'un accès exclusif à votre espace abonnés incluant :

-Des milliers de recettes de plus de 350 chefs avec leurs procédés détaillés (avec moteur de recherche multi-critère)

-Vos magazines en version numérique (PDF & Visionneuse) pour nous suivre sur tablettes et smartphones

-La galerie photo de nos reportages

 

Je m'Abonne !