Nos rubriques

Franck Putelat, chef doublement étoilé à Carcassonne, offre ici une version accessible de sa cuisine, avec un concept assez rare en province : une ouverture entre 7 h et 22 h
Ardent comme le feu, mais surtout comme la braise. Le grill, voilà l’outil que Charley Breuvart a choisi pour assurer la majorité de ses cuissons. Ici, tout ou presque est soumis à l’épreuve du feu.
Passé par le plateau de « Top Chef », comme nombre de ses confrères aujourd’hui, Lilian Douchet, 31 ans, a depuis 2021 pris les reines d’un très chouette bistro avenue des Gobelins.
Manon et Antoine Guichard sont tous les deux cuisiniers. Alors quand ils se sont installés, il a fallu faire un choix. Pour Antoine, l’amoureux des vins qu’il est a très vite trouvé sa place en salle après plusieurs années passées en cuisine.
Le lieu, ancien temple du couscous, bien connu des habitants de la ville et des taxis parisiens, s’est aujourd’hui transformé en bistro de quartier où il fait bon s’attabler.
En ouvrant L’Imaginaire en 2008, Romain Pouzadoux initiait à la pointe du Finistère une cuisine de terroir empreinte d’une réelle modernité.
Les Deauvillais connaissent bien ce lieu qui fut en son temps Chez Hervé, l’une des institutions de la ville. Après travaux, l’établissement a rouvert ses portes en juillet 2021 sous la direction du restaurateur Olivier Bertran de Balanda.
Le jeune chef de cette sympathique adresse est lillois de souche mais savoyard de coeur.Avec sa compagne Élisa, reconvertie à la pâtisserie après un début de carrière dans l’agroalimentaire, ils ont ouvert Suzanne.
PÂTISSERIE JULIEN DUGOURD À NICE Après 13 années passées comme chef pâtissier de l’hôtel La Chèvre d’Or à Èze, Julien Dugourd, pris d’affection pour la Côte d’Azur, a choisi d’ouvrir sa première boutique en juin dernier dans le centre-ville de Nice. Son laboratoire a été conçu pour favoriser le bien-être de ses équipes, ses pâtisseries sont le reflet de sa rigueur et de son exigence.
MAISON SOUS LES BOIS À ANNECY Après son expérience malheureuse à Val-d’Isère, Benoît Vidal a retrouvé la sérénité et l’envie de cuisiner. Celle du partage aussi, avec ses clients, mais surtout avec sa brigade. Intimement lié à la nature et aux éléments, le chef écrit à l’aube de ses 50 ans un nouveau chapitre de sa vie à Annecy, dans une maison où il se sent bien.
LE MAS BOTTERO À SAINT-CANNAT On la qualifie de généreuse, ensoleillée et personnelle, la cuisine de Nicolas Bottero se veut avant tout enracinée. Des pâturages d’herbes aux mille senteurs aux luxuriants vergers, elle porte en elle toute la richesse du terroir provençal.
PLÉNITUDE - CHEVAL BLANC PARIS Si Maxime Frédéric n’était pas devenu pâtissier, il serait agriculteur. Mais cet attachement au milieu agricole est avant tout humain, car ce n’est pas tant le meilleur produit que recherche le pâtissier, c’est le sens d’un lien, d’une confiance établie entre deux partenaires. Une relation fraternelle qu’il tisse avec chacun de ses coéquipiers, et plus encore avec Arnaud Donckele, le chef de Plénitude - Cheval Blanc Paris, pour lequel il dit avoir eu un véritable « coup de foudre ».
PLÉNITUDE - CHEVAL BLANC PARIS De ses jeunes années passées chez ses grands-parents à la ferme, Arnaud Donckele conserve un très fort attachement à la terre. Animé par le produit, il l’est encore plus par les sauces : la base de sa cuisine. Car tout commence par là. Ces sauces portent des noms et se composent comme des parfums. Reste ensuite aux cuisiniers à trouver le produit qui s’accordera le mieux.
Aki, les 3 premières lettres de son nom, signifie « automne ». Voilà pour l’explication du nom de ce restaurant étoilé du 11e arrondissement, certainement l’un des plus discrets.
Bierbuik en flamand signifie « ventre à bière ». Créé par le chef étoilé Florent Ladeyn en 2019 à Lille, Bierbuik se veut « cool et festif » avec la volonté affichée de nourrir bien, sain et local pour une dizaine d’euros, boisson comprise.
Les palaces parisiens réinventent leur gastronomie et accordent leur confiance à de talentueux jeunes chefs. Quentin Testard, 28 ans, appartient à cette catégorie.
Cofondateur du groupe Grand Nord, déjà à l’initiative de La Traversée, de Petite Fleur ou de Ramey’s Burger dans ce quartier du 18e arrondissement, les deux chefs, Philippine Jaillet et Charles Neyers, dépoussièrent ici le genre bistro, en redonnant à cet ancien café de quartier tout l’esprit du lieu de vie.
Damien Laforce est un jeune chef de 28 ans promis à un bel avenir. Le Braque, sa table gastronomique, affiche déjà une réelle assurance.
Avant de pénétrer dans cette salle aux belles hauteurs sous plafond bordé de moulures, il y a d’abord le plaisir de franchir l’entrée du mythique hôtel Le Normandy. Un préambule au bar ne peut-être que conseillé pour goûter à cette ambiance de club anglais où sont passés Winston Churchill, Coco Chanel et Claude Lelouch.
Il se dégage de cette salle une atmosphère accueillante et une chaleur malgré des matériaux bruts dominants. Tables en marbre blanc, grande table d’hôtes centrale en bois massif, jolis lampadaires d’autrefois qui diffusent à la nuit tombée une lumière douce, invitation au laisser aller.

Pages

S'abonner à un magazine de référence

 

 

Thuriès Magazine
Abonnez-vous !

Recevez chez vous vos 9 magazines par an et bénéficiez d'un accès exclusif à votre espace abonnés incluant :

-Des milliers de recettes de plus de 350 chefs avec leurs procédés détaillés (avec moteur de recherche multi-critère)

-Vos magazines en version numérique (PDF & Visionneuse) pour nous suivre sur tablettes et smartphones

-La galerie photo de nos reportages

 

Je m'Abonne !